Les certifications vertes – Mythes et réalités

Friday  26 April  2019  9:00 AM    Friday  26 April  2019 5:00 PM
Save Saved
Last update 27/04/2019
  1724

La Chaire Fayolle-Magil Construction, en collaboration avec le magazine FORMES, vous propose une occasion de discussion et de débat sur les certifications vertes.

Les certifications vertes sont de plus en plus des outils incontournables des pratiques de l’architecture et de l’urbanisme au Québec et au Canada. Or leur adoption suscite des débats importants parmi les chercheurs et praticiens. Certains voient dans les certifications un objectif en soi. Ils considèrent que les certifications sont actuellement notre meilleur moyen pour atteindre les objectifs de réduction des gaz à effet de serre (GES) ainsi que de protection de l’environnement. La promotion des certifications vertes est donc l’outil privilégié pour améliorer la performance du cadre bâti. Ces défenseurs considèrent souvent que des certifications de plus en plus exigeantes doivent être encouragées (voire imposées) par les politiques publiques afin d’atteindre des objectifs mesurables.

D’autres environnementalistes, chercheurs et praticiens sont moins convaincus. Ils attribuent, à divers degrés, plusieurs problématiques aux certifications vertes : elles dépendent de trop de standardisation ; elles sont trop focalisées sur certains aspects de la performance du cadre bâti ; elles reposent sur une (sur)simplification des systèmes constructifs ; et elles sont souvent mal adaptées aux conditions locales. En effet, alors que chaque contexte est unique, la conjugaison des standards devient de plus en plus difficile. Pour ces raisons, et sans s’y limiter, les certifications vertes défient de plus en plus les réelles bonnes pratiques environnementales.

Cependant, plusieurs de ces chercheurs et praticiens soutiennent souvent que les certifications sont un « mal nécessaire ». Dans cette perspective, les certifications émergent comme un outil incomplet et imparfait — mais nécessaire — pour la sensibilisation des professionnels, décideurs, entrepreneurs et citoyens face aux incontournables considérations environnementales. Elles sont, en quelque sorte, une « étape à franchir » dans un long processus de sensibilisation à une relation plus harmonieuse entre le cadre bâti, la société et l’environnement naturel. Vues sous cet angle, elles n’auraient plus leur raison d’être une fois les acteurs de l’aménagement rendus à une étape plus « avancée » dans le respect de l’environnement.     

Mais les certifications vertes ont aussi des détracteurs plus radicaux. De nombreux penseurs et environnementalistes considèrent aujourd’hui que les certifications constituent un (autre) outil de manipulation des grandes associations et des élites économiques. Pour eux, les certifications ne font que reproduire les modèles de (sur)consommation existants, tout en permettant aux responsables et instigateurs de projets de se faire bonne conscience, « redorant leur blason » en « faisant semblant » de protéger l’environnement. Pour ces détracteurs, les certifications exacerbent parfois les problèmes environnementaux actuels, notamment car elles reposent sur une grande confiance envers la technologie. Pour plusieurs, ce n’est pas l’adoption de certifications, mais la décroissance économique qui peut véritablement offrir une réponse à nos plus urgents problèmes environnementaux. Pour eux, les professionnels doivent résister à la manipulation exercée par les associations qui font la promotion des certifications vertes.

Quoi qu’il en soit, les certifications vertes sont aujourd’hui des outils de légitimation de la prise de décision. Elles sont indispensables pour le secteur de l’aménagement afin de se doter d’une image de responsabilité environnementale et constituent une sous-industrie ayant une offre et une demande de plus en plus établie. Les certifications se succèdent dans le temps au cours de cycles motivés par les solutions « du moment ». De plus, elles se heurtent à plusieurs défis de mise en œuvre, tels que le manque d’information et de connaissances sur la performance des systèmes, de longues et laborieuses procédures, des coûts additionnels et le manque d’appui à l’innovation.

Dans ce séminaire INTERFACES, nous invitons chercheurs et praticiens de très haut niveau à débattre sur les avantages et les inconvénients des certifications vertes. Nous explorerons les principaux points de vue sur celles-ci et examinerons leur avenir.

Dans ce séminaire nous visons à répondre aux questions suivantes :

 

  • Quelle est la valeur des certifications vertes aujourd’hui ?
  • Quelle est la combinaison appropriée de standards requise selon le contexte spécifique de chaque projet ?
  • Les institutions publiques doivent-elles continuer à inciter l’adoption des certifications vertes et pourquoi ?
  • Quel est l’avenir des certifications actuelles, telles que LEED, BREAM, Passive House, Well, Zéro-Carbone et Net Zéro ?
  • Quels sont les principaux facilitateurs et les principales barrières à l’obtention des certifications vertes

 

Bienvenu(e)s au débat sur les mythes et réalités des certifications vertes !

 

Pour le programme détaillé, 000000;">consulter le ici

 

Si vous avez des restrictions alimentaires, veuillez nous en aviser par courriel à l'adresse : anne-marie.petter@umontreal.ca

 

Logo

culture business courses
Nearby hotels and apartments
Université de Montréal - Faculté de l'aménagement
2940 Chemin de la Côte-Sainte-Catherine, Montréal, QC, Canada
Université de Montréal - Faculté de l'aménagement
2940 Chemin de la Côte-Sainte-Catherine, Montréal, QC, Canada
Event from eventbrite.ca